Bloc
Introduction

La filière bois locale travaille depuis longtemps à la valorisation des résineux Jurassiens. Dès le début des années 2000 se met en place une stratégie de différenciation et c’est finalement le 8 mars 2019, que le Bois du Jura obtient son homologation en Appellation d’Origine Contrôlée par arrêté interministériel. Cette labellisation est un gage de reconnaissance de la qualité et de la spécificité des sapins et d’épicéas transformés au cœur du massif jurassien.

Texte

Une notoriété connue et reconnue

La reconnaissance des bois du Jura se fonde sur des sapins (Abies alba) et des épicéas (Picea abies) d’altitude qui profitent d’une grande notoriété depuis plusieurs siècles. La récolte et la transformation de ces résineux se sont intensifiées à partir du XVIIe siècle pour approvisionner les grands marchés français, jusqu’à concurrencer les bois scandinaves dans les ports atlantiques. Aujourd’hui, cette ressource se retrouve confrontée à l’importation de bois à croissance plus rapide, mais de qualité contestable, de ce fait, le choix de mettre en valeur les bois locaux grâce à leur homologation en AOC prend alors tout son sens.

La principale spécificité de nos bois certifiés est le degré élevé de résistance mécanique. En effet, de multiples essais mécaniques ont été réalisés sur des pièces de bois du Jura, notamment en comparant la résistance à la rupture d’échantillons des massifs français (Jura, Morvan, Vosges, Alpes) et étrangers (Forêt Noire allemande, Préalpes suisses, etc.). Ces essais ont permis de confirmer une supériorité des bois jurassiens en termes de résistance et surtout d’homogénéité, qui est un critère primordial dans la sélection des bois de construction.

Texte

Des hommes et un savoir-faire particulier

L’attribut des performances mécaniques de ces bois peut s’expliquer grâce à plusieurs facteurs : l’altitude, la qualité des sols riches en nutriments et l’absence de déficit hydrique estival qui favorisent l’élaboration de parois solides pour les fibres du bois.

Outre les conditions naturelles, les savoir-faire locaux en sylviculture, exploitation et transformation du bois ont été très importants dans le développement de cette renommée nationale. Plus largement, c’est la culture du bois qui imprègne le territoire !

Dans le massif jurassien est née depuis longtemps, une sylviculture locale bien spécifique : la futaie jardinée ; cette méthode sylvicole se caractérise par des interventions et des prélèvements raisonnés, à chaque stade de développement du peuplement, en se rapprochant ainsi de la forêt dite « naturelle ». D’ailleurs, les spécialistes s'accordent à reconnaître une plus grande résistance de la forêt jardinée face aux perturbations climatiques. On constate également des recettes plus avantageuses sur ces peuplements, grâce à des coupes fréquentes conduisant à une constance de la qualité des bois.

Sur les plateaux, c’est principalement la sylviculture en futaie régulière qui domine, basée sur la sélection des meilleurs sujets lors des coupes d’éclaircie successives, le renouvellement des peuplements étant réalisé par voie d’ensemencement naturel.

Texte

Une organisation et une production spécifique, pour un produit unique

L’association AOC Bois du Jura est active depuis 2005 et possède une structure en deux parties : son Comité Interprofessionnel de Promotion des Bois du Jura (CIPBJ), qui fait office de garant de l’association auprès des consommateurs, et regroupe tous les horizons professionnels de la filière. La seconde partie repose sur son Organisme de Défense et de Gestion (ODG), c’est un élément indispensable lors de la structuration d’une AOC, et dans notre cas, elle est portée par les trois collèges d’opérateurs : Propriétaires, Exploitants forestiers et Coopératives, Scieurs, qui ont seuls la maitrise des engagements financiers et du contenu du cahier des charges.

L’ODG s’assure les moyens en personnel qui sont nécessaires, pour veiller à faire respecter le cahier des charges fixé, avec une attention particulière lors de la mobilisation des grumes, et la production des sciages. Il est également à sa charge de réaliser des contrôles internes dans les entreprises habilitées et de planifier des contrôles externes réalisés par Qualisud, l’organisme de certification choisi par l’ODG.

Texte

CE QU’IL FAUT RETENIR 

Le Bois du Jura se présente sous la forme de bois sciés. Il est produit à partir de sapins et d’épicéas issus de forêts de montagne gérées selon les bonnes pratiques, soit en futaies jardinée, irrégulière ou régulière, et qui sont situées à plus de 500 m d’altitude. L’aire géographique de production s’étend essentiellement sur les départements du Jura, du Doubs et de l’Ain, et recouvre la plus grande partie des plateaux et hautes chaines du Jura. Les spécificités du climat et des sols du massif jurassien, associées au mode de gestion forestière, sont à l’origine de l’accroissement lent, et ainsi, des cernes très serrés qui caractérisent ces bois.